Couvaison artificielle des oeufs de caille

Ce serait pas mal que le contenu de ce blog corresponde un peu à son titre, non ?
Alors parlons un peu de cailles :
Il y a plusieurs solutions pour débuter l’élevage de cailles. L’une d’entre elles est d’acheter des oeufs fécondés et de les faire éclore. L’avantage de cette solution est qu’on peut commander de tels oeufs fécondés par correspondance, sur leboncoin.fr ou encore mieux auprès de ton serviteur. Cela aide si tu ne connais pas d’éleveur près de chez toi. Il vaut mieux avoir confiance car la fécondation des oeufs ne peut bien entendu pas être garantie.
La couvaison naturelle est très difficile à obtenir. Elle ne concerne pas les élevages pour la consommation mais les passionés qui élèvent pour l’agrément et qui peuvent se contenter de quelques naissances. Pour la consommation, seule la couvaison artificielle permet d’obtenir des dizaines de cailleteaux.
Les oeufs de cailles ont une durée d’incubation d’environ 16 à 18 jours. Je conseille très vivement l’achat d’une couveuse avec retournement automatique ! Il est totalement impossible de retourner 2 fois par jour une cinquantaine ou une centaine de petits oeufs dans une couveuse. La mienne me donne entière satisfaction et ne coûte pas trop cher : http://www.farmline.fr/fr/couveuse-50-oeufs-automatique,11,115.html

 

Je récolte les oeufs pendant une semaine au maximum que je place pointe vers le bas dans une pièce à environ 15°C. Chaque jour je les soulève, les tourne mais je les replace dans la même position.
Je mets en route la couveuse quelques heures avant d’y placer les oeufs. Elle atteint ainsi la température de 37,7°C et une hygrométrie de 45% (une petite sonde est placée dans la couveuse pour me confirmer ces données).
Je place enfin les oeufs sur le flanc et je sépare chaque rang par une tige en plastique. C’est le sol de la couveuse qui en bougeant tout doucement et régulièrement va faire tourner les oeufs en permanence.

 

Je maintiens cette température et cette hygrométrie pendant 15 jours.
Au bout de ces 15 jours, je débranche la partie moteur (le sol ne bouge plus), et je passe l’hygrométrie à 60 à 70 %. Remarque : ce n’est pas la quantité d’eau dans le récipient placé dans la couveuse qui fait le taux d’hygrométrie, mais la surface de cette eau. J’utilise donc les 15 premiers jours un verre étroit, puis plus large les derniers jours.
Parallèlement à l’arrêt du moteur, j’enlève les séparations.

 

La couveuse fonctionne encore 2 ou 3 jours puis on aperçoit des mouvements sur certains oeufs, suivis de petits piaillements et des petits trous dans les coquilles. Les cailleteaux sortent des coquilles très rapidement (certains moins de 5 minutes, les plus longs environ une heure). Il ne se passe pas non plus très longtemps entre les premiers qui sortent et les derniers car c’est le bruit des copains qui incite à sortir. Le délai le plus long que j’aie observé entre le premier cailleteau et le dernier sorti est de moins de 24 heures.
Je ne nourris pas les cailleteaux pendant les premières 24 heures. Ils sèchent, commencent à se déplacer… La vitesse à laquelle ils prennent de l’aisance est impressionante. (Comme la vitesse à laquelle ils vont grandir pendant les premières semaines d’ailleurs !)
Au bout de 24 heures (la couveuse fonctionne toujours, il leur faut une température d’au moins 35°C), je place des petites coupelles remplies de mélange pour poussin. et d’autres remplies d’eau. Les coupelles d’eau sont recouvertes d’un grillage à mailles fines pour que les cailleteaux ne se noient pas mais également qu’ils ne se mouillent pas. Il y a malheureusement une forte mortalité chez les cailleteaux dans les premiers jours : environ 5 à 10 % (cela est normal). L’autre problème avec les cailleteaux est le syndrôme des pattes écartées. A mon avis, il n’y a rien à faire (une fois qu’on constate le problème) !  C’est difficile mais je pense (mon avis n’est pas totalement partagé sur les forums) qu’il faut sacrifier le cailleteau. En effet, celui-ci ne survivra pas. Certains éleveurs d’agrément fabriquent des atelles avec des cure-dents, j’ai essayé une fois c’est quasi-impossible à fixer. J’arrive à sacrifier mes cailles au moment où elles doivent passer à la casserolle, mais c’est beaucoup plus désagréble lorsqu’il s’agit d’un cailleteau.
Le mieux est de tout faire pour éviter ce problème : si ta couveuse a un fond en plastique glissant, pose du papier absorbant au sol. (la mienne est en grillage plastique et les cailleteaux ne glissent pas). Plus tard, dans leur cage je rajoute du papier.
Au bout de 2 ou 3 jours, j’enlève les cailleteaux et je les place dans une éleveuse. Celle-ci a un sol grillagé très fin bien adapté aux petites pattes des cailleteaux. Un côté est fermé par des plaques de métal et au dessus je place un réflecteur avec une ampoule enstein (qui ne claire pas). Dans l’éleveuse je place un abreuvoir et une mangeoire pour poussins. Même si les cailleteaux sont beaucoup plus petits, ils sont tellement vifs qu’ils peuvent facilement prendre leur nourriture dans de tels ustensiles.
La couveuse est en ce moment même remplie d’oeufs prêts à éclore. Je prendrai donc des photos (peut-être même des vidéos si vous êtes tous sages) de ce moment magique et j’actualiserai ce post d’ici peu.
Un post suivra bien entendu pour évoquer l’élevage des cailleteaux

Mot-clés : , , , , , , , ,

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *