Pondoirs

Elever des poules nécessite un équipement adapté à leurs besoins d’une part et à ceux de l’éleveur d’autre part. Pour aujourd’hui, intéressons-nous aux pondoirs. Beaucoup de possibilités s’offrent à toi pour la conception de ces pondoirs :

IMG_3311 (765x1024)

autoconstruction à partir de planches de palettes,

IMG_3316

cagette plastique (à récupérer à la fin du marché),

IMG_3317

un simple carton,

IMG_3320

une caisse de vin (il s’agit de ma solution préférée),

IMG_3325

mais aussi, vieilles bassines,

IMG_3327

pots de fleurs, seaux, paniers en osiers etc…

Les pondoirs peuvent même être achetés :

pondoir-auto-galva-1-etage-4-cases

Je ne le conseille pas : c’est cher et à choisir, les poules préféreront toujours les pondoirs garnis de paille.

Les pondoirs sont quelquefois intégrés aux poulaillers en kit :

pondoir kit

Ceux-ci sont particulièrement bien pensés et sont accessibles à l’éleveur depuis l’extérieur.

 

Les éléments à retenir pour le choix des pondoirs :

Le nombre. Les pondoirs doivent être en quantité suffisante pour que chaque poule puisse y avoir accès une fois dans la matinée (on comptera donc un pondoir pour quatre poules minimum). Avoir un peu plus de pondoirs ne pose aucun problème particulier.

La taille. Elle dépend de la taille des poules elles-mêmes. Elle doit pouvoir s’y installer ; sans plus.

Les matériaux. Le pondoir a besoin d’être nettoyé régulièrement. Certains matériaux seront donc plus adaptés que d’autres (le plastique sera préféré à l’osier pour cet aspect particulier).

Le fond du pondoir. La paille est ce qu’il y a de plus adapté. Il suffit de la déposer dans le pondoir, la poule se chargera de la disposer en forme de nid.

L’emplacement. Il doit répondre aux besoins de l’éleveur : tu vas devoir les inspecter chaque jour, ils doivent donc être facilement accessibles, et aux besoins des poules : ils doivent être placés dans un endroit sombre, calme et sans courants d’air.

 

Les pondoirs doivent rester propres. Pour cela, il faudra bien entendu changer la paille régulièrement mais aussi éviter que les poules ne se perchent pour la nuit sur les rebords (toutes les fientes tombant alors à l’intérieur). Tu peux les empêcher de se percher ainsi en plaçant un plafond juste au dessus des pondoirs.

Mon choix au « jardin des Vaites » : j’ai fabriqué une étagère à partir de plaques de métal de récupération et de planches issues de palettes démontées. Les plaques métalliques sont des plateaux d’étagères à crémaillère et les palettes proviennent des travaux importants actuellement à Besançon pour l’installation d’un tramway. Les plateaux métalliques présentent l’intérêt de pouvoir être nettoyés facilement. Les pondoirs sont simplement glissés sur ces plateaux (caisses de vin, cagettes plastique, cagettes bois ou paniers). Il y a deux étages de pondoirs qui sont prolongés d’une latte permettant aux poules d’y accéder. Le dernier étage est surplombé de deux lattes servant de perchoir pour la nuit.

IMG_3330 IMG_3329

Un autre système est à la mode en ce moment chez les éleveurs : des seaux posés sur le flanc, un planchette juste devant l’ouverture empêche la paille de s’échapper. Ce système présente l’avantage d’être peu propice à l’installation des poux rouges (ils glissent le long du plastique).

Et voilà, je te souhaite de bonnes pontes (même si la fréquence de celles-ci diminue fortement en ce moment avec la baisse de l’ensoleillement).

 

Mot-clés : , , , , , , , , ,

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *